©2019 by POP FICTION. Proudly created with Wix.com

  • Peter Parkour

Le MCU en dix moments-clés

Mis à jour : 3 sept 2019

Si la saga hors-normes du MCU n'est pas prêt de s'arrêter , Avengers Endgame aura tout de même donné aux spectateurs un sentiment de conclusion pour de nombreux arcs narratifs.L'occasion de revenir sur 22 films étalés sur 11 années à travers dix moments clés. Il ne s'agît pas ici de revenir sur les dix meilleures scènes de ce premier ensemble mais bien de s'intéresser à dix scènes qui ont façonné les intrigues du MCU et  ses personnages. Les scènes proposées ici laissent volontairement de côté les super-héros récemment arrivés dans le MCU ( Strange, Spider-man, Captain Marvel et Black Panther ) étant donné que leurs arcs narratifs en sont encore à leur commencement. Il ne s'agît pas non plus d'un classement , les scènes étant classées de manière chronologique.


I am Iron Man

https://www.youtube.com/watch?v=FRIUhO4MdGUPremier


Premier film du MCU , Iron Man réalisé par Jon Favreau dynamise le genre super-héroique avec un scénario classique certes mais une écriture subtile et suffisamment irrévérencieuse. Le monde découvre aussi un super-héros arrogant , charmeur tout cela bien aidé par la performance habitée de Robert Downey Jr. Techniquement le film est impeccable et la phase de construction de l'armure est d'une efficacité redoutable. La scène qui nous intéresse pour ce film se situe juste avant le générique de fin, Tony Stark vient juste de battre son rival Obadiah Stane et organise une conférence de presse. Il doit simplement lire un communiqué de presse classique et évidemment renier sa double identité, un des attributs phare des super-héros. Mais  à la dernière minute, il décide de ne pas suivre la voie classique des films de super-héros et décider volontairement de révéler sa double identité, un véritable coming-out. Ce choix audacieux s'explique par le côté prétentieux de Tony Stark qui ne résiste pas à la tentation de se proclamer héros et d'être au centre de l'attention et aussi par la volonté d'expliquer au spectateur le marivaudage habituel des films de super-héros sur la double identité ( voir Superman 2 par exemple ). Mais aussi, dès son premier film le MCU apporte l'idée que les super-héros dans cet univers font partie de la place publique et du décor, ils ne sont plus un secret. Nous sommes déjà loin du justicier agissant seul dans la nuit et dont l'existence ne serait qu'une légende urbaine. Les conséquences du coming-out de Tony Stark du point de vue juridique seront très bien traités dans le pourtant très inégal Iron Man 2. Et cette réplique finale aura toute son importance dans Avengers Endgame où le sens de cette réplique est renversée pour offrir une conclusion logique et touchante pour l'arc narratif de Tony Stark.


You're part of a bigger world now, a bigger universe


https://www.youtube.com/watch?v=2oKUsna2yvA

Non content d'avoir renouvelé le genre, le premier Iron Man s'est aussi offert une scène post-générique qui en annoncera d'autres et qui sera même la marque de fabrique du studio ( devenant pour certains films, les moments les plus attendus des fans). Cette scène qui à la base était surtout un clin d’œil pour les fans et une référence directe à un comics de Mark Millar Ultimate Avengers où Nick Fury apparait sous les traits de l'acteur Samuel Jackson. Kevin Feige a évidemment adoré l'idée et voilà que ce simple film de super-héros isolé nous fait la promesse d'un univers super-héroïque bien plus vaste et peut être rempli par des personnages dont on ignore encore l'identité. Plus encore, c'est la première mention du mot Avengers dans le MCU. Auparavant les sagas de super-héros étaient isolés sur un personnage en particulier ou un groupe en particulier ( X-Men, les 4 fantastiques ) ce n'est plus le cas, il coexistent désormais au sein d'un même univers.


I had a date


https://www.youtube.com/watch?v=plgniAt36YY

Dernier film solo avant la première réunion des héros dans Avengers, Captain America first avenger peut se vanter d'être une réussite totale, en termes d'adaptation dans un premier temps, en prenant une distance maline avec l'aspect propagande intrinsèquement lié à l'histoire du personnage de Captain America qui échappe ici à tout patriotisme déplacé et insiste surtout sur les valeurs de sacrifice du personnage de Steve Rogers. Joe Johnston réussi aussi à donner un véritable souffle de film d'aventure à l'ancienne qui n'est pas sans rappeler la saga Indiana Jones par moments. Mais surtout il installe lors de sa scène finale toute la problématique du personnage de Steve Rogers qui restera tout le long de la saga, un homme hors du temps qui cherchera à comprendre le monde qui l'entoure et à réaliser qu'il est souvent incompatible avec ses valeurs. Le film ose se terminer sur un acte manqué, une fin étrange et doux-amer ainsi que sur un passé que Steve Rogers ne cessera pas de revisiter tout au long de son arc narratif, de manière violente dans un premier temps avec le retour de Bucky pour enfin trouver une conclusion apaisée lors du plan final d'Avengers Endgame.


La bataille de New York


https://www.youtube.com/watch?v=8I7zVb4Nx9w

Point culminant des cinq premiers films du MCU, projet longtemps fantasmé et déjà un petit miracle de production ( miser sur la réussite de plusieurs films solo pour construire un univers cohérent qui ne serait pas suivi uniquement par les fans de comics habitués à cette narration particulière ) la bataille finale d'Avengers est une réussite totale. Un véritable cas d'école en termes d'écriture ou l'alternance entre les punchlines et les moments d'action est parfaitement équilibré. Le final donne aux spectateurs l'impression de voir pour la première fois sur un écran de cinéma leurs personnages favoris combattant ensemble, une véritable première et un fantasme de geek longtemps espéré. On retiendra notamment le travelling qui passe d'un super-héros à l'autre, déjà culte et immédiatement jouissif. On assiste surtout à la naissance d'une équipe aux univers pourtant très différents mais qui s'unissent et s'animent à l'intérieur du même film. Souvent copié, jamais égalé, même au sein du MCU.


La vision de Tony Stark


https://www.youtube.com/watch?v=PGMQSnWNTbw

Point culminant de la bataille de New-York, le passage de Tony Stark à travers le portail ouvert par Loki  et où il échappe de peu à la mort, sera déterminant pour la suite de l'arc narratif du personnage. Dès Iron Man 3 Tony Stark souffre régulièrement de trouble de stress post-traumatique et ressentira le besoin de réfugier dans son armure pour se sentir en sécurité. La sécurité sera d'ailleurs sa prochaine obsession, c'est dans cette optique qu'il créera Ultron avec les conséquence que l'on connaît et qu'il n'hésitera pas à soutenir les accords de Sokovie quitte à scinder les Avengers en deux et surtout à s'opposer clairement à son allié Captain America.Une obsession qui le rapproche de Thanos, qui apparait alors comme une version plus extrême de Tony Stark, lui aussi étant prêt à tout pour assurer la prospérité de cet univers. Une vision qui sera aussi accentuée par la manipulation de Scarlett Witch dans la scène d'ouverture d'Age of Ultron.Cette dernière qui laisse d'ailleurs son ennemi prendre le sceptre , persuadée qu'après ce qu'elle lui a montrée , le personnage utilisera cet artefact pour s'autodétruire.


We are Groot


https://www.youtube.com/watch?v=o-cEEV28PLA

Véritable succès, surprise, Les gardiens de la galaxie réalisé par James Gunn tient du petit miracle étant donné qu'il adapte des personnage inconnus au bataillon, sans véritable star au casting et avec un réalisateur venant du cinéma trash américain à la barre. Et pourtant le succès est là, et le film ainsi que ses personnages ont marqué immédiatement la pop-culture. Rafraichissant par son esthétique, sa bo, son écriture , le film de James Gunn réussi surtout l'exploit d'immédiatement nous faire accepter des personnages improbables , tous de véritables anti-héros aux personnalités très diverses. Mais Gunn ne réussi pas que ça, il réussi à créer pour ses personnages un attachement immédiat , là où le reste du MCU prend son temps pour installer ses personnages et créer des moments d'émotion, Gunn réussi cet exploit dès son premier film et le répétera à chaque fois par la suite. Le sacrifice de Groot pourrait sembler désincarné et factice mais c'est tout le contraire qui se passe, de par son sacrifice il lie tout une équipe qui n'aura auparavant vécu que des traumatismes et des abus ( thème au cœur du second opus )à travers un acte de pur altruisme.Réussir à émouvoir un public large avec un arbre vivant qui répète inlassablement la même réplique , si ça c'est pas brillant. Notons aussi le courage de Gunn pour ouvrir son film sur la mort de la mère de Peter Quill , preuve que Gunn maîtrise autant l'humour que l'émotion.


Les accords de Sokovie


https://www.youtube.com/watch?v=-wuoj01ZqFU

Captain America Civil War arrive après un Avengers age of ultron généreux et par instants passionnant mais surtout trop brouillon , la faute à un cahier des charge plus que fourni. Dès lors, la capacité de Marvel Studios pour gérer ses personnages de plus en plus nombreux est remise en cause. Le dernier opus de la trilogie consacré à Captain America viendra balayer ses doutes. Cette scène où les Avengers débattent autour des accords de Sokovie mesure toute la richesse des personnages mais aussi leur diversité. En seulement six ans le MCU a déjà présenté suffisamment de personnages pour se permettre de les réunir autour d'une table et de les faire débattre selon leur personnalité et leurs principes, et ce, toujours en adéquation avec l'arc narratif de chacun. La véritable dissolution de l'équipe se joue ici et elle fonctionne à merveille grâce à une construction cohérente et logique durant les films précédents. Les revendications et les prises de positions de chacun n'arrivent pas de nulle part, elles sont cohérentes et apportent un véritable sous texte politique. Un sous texte magnifié par la justesse des dialogues , très pragmatiques et qui ne sonnent jamais faux. Pour séparer des personnages il faut d'abord les introduire correctement et prendre le temps de le faire, ce que DC Comics n'a pas compris sur très passionnant mais imparfait Batman V Superman. La séparation des Avengers durant ce film sera la principale cause de leur défaite face à Thanos dans Infinity War. Car c'est une chose de réussir à faire interagir des personnages pour qu'ils combattent ensemble, c'en est une autre de les opposer.


Thor, le dieu du tonnerre


https://www.youtube.com/watch?v=f_LZU7TdvWA

Parmi les trois héros principaux du MCU, Thor aura toujours été le moins bien loti, le traitement de son univers et de son personnage changeant quasiment à chaque film. Il aura été introduit par Kenneth Brannagh sous le prisme du drame shakespaerien avant de dériver vers l'heroic fantasy pur par Alan Taylor ( réalisateur de nombreux épisodes de Game of Thrones ) pour enfin se retrouver entre les mains de Taika Watiti qui choisira l'angle de la pochade SF décomplexée. Un choix discutable en termes de ton où les enjeux  pourtant importants du film ( la mort d'Odin, la destruction d'Asgard ) se retrouvent sans cesse désamorcé par un gag ou une blague qui tombe parfois à plat. En revanche l'esthétique du film qui rappelle les designs de Jack Kirby sont plus que réjouissants et le travail sur l'aspect rétro de la bande originale du film est plus qu'appréciable. Malgré ces choix discutables, le personnage de Thor ainsi que son interprète se révèlent dans ce troisième opus, Thor n'est ainsi plus un personnage shakesperien hors du temps et arrogant, il est un personnage puissant ( le dieu du tonnerre tout de même ) et surtout il épouse enfin le potentiel comique de Chris Hemsworth. Marvel Studios n'aura jamais su aborder ce personnage ainsi que sa mythologie au premier degré, le choix de se conformer à la personnalité de son acteur peut être regrettable du point de vue de la fidélité par rapport aux comics, il fonctionne pourtant brillamment d'un point de vue cinématographique. Tout comme cette scène, l'utilisation du morceau de Led Zeppellin fonctionne réellement et le moment devient immédiatement iconique. Et si il ne redonne pas au personnage de Thor son caractère noble il en démontre malgré tout , toute la puissance. Une puissance qui ne lui suffira pas pour battre Thanos ni pour sauver ceux qu'il aime, ce qui explique sa dépression dans Avengers Endgame.


SNAP


https://www.youtube.com/watch?v=dFomwoVngOI

Difficile de passer outre ce moment déjà culte du MCU et même du cinéma de divertissement. Le MCU nous ayant habitué à des enjeux mineurs et bien souvent sans conséquences, Infinity War ose se terminer sur un cliffhanger hallucinant. On assiste impuissant à la disparition de nombreux héros à travers une mise en scène sobre, froide et silencieuse qui renforce l'aspect choquant de la scène. Le choix de montrer la disparition de ces personnages à travers une caméra à l'épaule terriblement immersive et l'absence de musique renforcent cet aspect choquant. Dans un univers ou personne ne meurt vraiment et où les antagonistes défilent de film en film sans vraiment marquer le spectateur, cette défaite est lourde. Evidemment à la sortie du film, peu de spectateurs étaient dupes concernant le destin de certains personnages , la faute à l'annonce peut être trop précoce de certaines suites. Il n'empêche que la scène reste forte et aucun blockbuster depuis L'empire contre attaque n'aura osé finir sur une note aussi sombre.  Sans cette scène, Thanos n'aurait été qu'un antagoniste de plus ayant la volonté de détruire le monde ou en tout cas de le modeler à son image, c'est la première fois que l'on voit un antagoniste gagner ( le film se termine même pas une scène le montrant apaisé par le sentiment du devoir accompli ). Mention spéciale à la performance de Tom Holland qui a improvisé sur le plateau ses répliques précédant sa disparition. Malgré son retour évident étant donné la popularité du personnage, sa mort reste perturbante.


Avengers Assemble


https://www.youtube.com/watch?v=vzfgA3YUZx4

Réplique culte dans les comics, Avengers Assemble est le véritable cri de ralliement des Avengers, attendu par les fans depuis le premier opus ( Josh Whedon jouera d'ailleurs avec cette attente en coupant la réplique de Captain America à la fin d'Avengers Age of Ultron) elle sera finalement prononcé au meilleur moment possible dans Avengers Endgame. D'un point de vue purement cinématographique cette scène est une réussite totale, le score composé par Alan Silvestri épouse totalement l'émotion de la scène, une montée en crescendo jusqu'au fameux thème des Avengers et l'apparition progressive des héros disparus est sublime. Mais surtout cette scène est la démonstration de la richesse des personnages introduits par le MCU au fil de ses onze années. Pour la première fois dans toute la saga ils sont tous réunis au sein d'une même scène et le spectacle est total , il sera aussi difficile de faire mieux en termes d'ampleur par la suite. Voir les Valkyrie combattre aux côtés des guerriers du Wakanda en passant par Groot, Spiderman et le Dr Strange voilà un fantasme de lecteur de comics qui était encore inespéré il y a seulement une décennie. Plus qu'un bon film Avengers Endgame est surtout la preuve de l'indécente réussite de Marvel Studios qui aura su faire adhérer au grand public une narration n'existant que dans les comics, de faire patienter ses spectateurs avant de leur délivrer des films à enjeux forts et de rassembler un casting prestigieux et diversifié qui aura su rendre sympathique des personnages bien souvent inconnus du grand public.

16 vues